SERIGNE ALIOU CISSE

1er Khalife de Baye Niasse 1975 à 1982

aliou cisse 1er khalif baye

INTRODUCTION

Premier khalife désigné de Cheikh al Islam,  Serigne Aliou CISSE est le fils ainé du village de  DIOSSONG là où il est né en 1906, pour avoir été le premier enfant à y naître. Ce  village situé dans le Département de FOUNDIOUGNE (Région de FATICK), fut  fondé par son grand-père maternel Samba Thiané CISSE (Père de sa mère).
Cet homme aux qualités exceptionnelles d’éducateur et  d’une piété irréprochable, fut un grand muqadams de la Tarîqa Tidiane. Il  consacra toute sa vie  à l’éducation et aux activités agricoles et pastorales de subsistance.
Samba Thiané CISSE  et El hadji Abdoulaye NIASS étaient  des  camarades de promotion, pour avoir fréquenté, durant  une certaine période de leur cursus de formation, la même école (daara) .C’est pourquoi, des relations amicales marquées par   de  régulières  visites de courtoisie existaient entre les deux.
Par une  dévotion totale envers Allah, le  Tout Puissant, il eut la chance de « voir le Prophète Mohammed (PSL) » à trois reprises. Parmi les différents lieux de sa rencontre avec le Prophète, il y’a  un site  qui se trouve  entre la ville de SOKONE et le village de DIOSSONG. Cet endroit,  actuellement bien  aménagé comme lieu de culte, reçoit régulièrement des visiteurs  .Le plus  gros  contingent des  pèlerins   provient du NIGERIA.
C’est  sous l’autorité de ce patriarche, que le jeune Aliou CISSE fit ses études coraniques. Il maîtrisa  à très bas âge  et d’une très belle manière, le Saint Coran .A  trois reprises, il fit la démonstration par la récitation, de sa  parfaite maitrise du Coran.
Durant  le mois de Ramadan (Mois de Carême) de l’année 1922, le père du jeune Aliou CISSE, Al Assane,  rendit l’âme.
Son ami  El hadji Abdoulaye NIASS, pour des raisons de santé ne pouvait pas se déplacer aussitôt, pour assister aux funérailles .Il attendit la fin du Carême pour se rendre à DIOSSONG à bord d’une diligence conduite par Amadou THIAM Fouta.
Durant  ce voyage, il était  accompagné  de deux de ses fils : Khalifa Mohammed NIASS  et Cheikh Ibrahima NIASS (Baye NIASS). Alors, El hadji Abdoulaye réagit  en  ces termes «  pourquoi de tous ses enfants, il  choisit de me confier le  jeune Aliou ?   Mais j’ai la ferme conviction  que cet enfant- ci,  si on le met en rapport avec  Ibra (Baye),  ils pourront  aller ensemble ».
Conformément aux recommandations de feu son père, le jeune  Aliou CISSE alors âgé seulement de 16 ans, quitta son village natal DIOSSONG pour KAOLACK.
Ainsi  Ce fut le point de départ d’une amitié que rien, ni personne  n’altéra. Une collaboration loyale et d’une fidélité sans faille entre Cheikh Ibrahima NIASS plus connu sous le nom de  Baye NIASS et Serigne Aliou CISSE.
Ainsi, sous la direction de Cheikh Ibrahima NIASS, son nouveau maitre, Serigne Aliou CISSE s’engagea  dans la poursuite de ses études dans les domaines  aussi variés que la Grammaire, le Droit,  la Théologie,  la Linguistique, le Soufisme, la Littérature….
Sa solide formation  fit dire à Baye NIASS que « Serigne Aliou CISSE est la porte d’entrée  du savoir ».
Dans l’organisation des enseignements, Cheikh Ibrahima  NIASS  plaça   sous l’autorité de Serigne Aliou  CISSE,  la Direction des enseignements du Droit et de l’Administration.
Serigne  Aliou CISSE  est également auteur d’une belle collection d’ouvrages parmi lesquels on peut citer :
-Une lettre-réponse à des détracteurs nigérians de la Faydatou Tidiane
-Une unité d’action pour une communion des cœurs vers Dieu
-Le Sabre qui tranche les mensonges (C’est une réponse à un marabout sénégalais qui avait virulemment attaqué la Faydatou )
-Un Guide pour des prières  pour implorer les bénédictions du Seigneur
-Les propos d’or (Un compte rendu d’une rencontre entre Cheikh Ibrahima NIASS et ses cinq grands muqadams : Serigne Aliou CISSE, Cheikh Oumar TOURE, Serigne Ibrahima FALL, Serigne Ousmane NDIAYE et Serigne Mbaye NIASS)
-Des recueils de poèmes
-Des correspondances (Des milliers de lettres écrites sur recommandation de Baye NIASS, à l’endroit des talibés, à l’endroit des autorités…..Certaines présentées sous forme de circulaires  clarifient certains aspects de la pratique religieuse)
Il rendit l’âme en avril 1982 à Kaolack où il est inhumé auprès de son vénéré maître.

Source BayeNiasseRek

Dans la même rubrique

Biographie Cheikh Al Islam El Hadji Ibrahima Niass Baye

baye niass

Biographie Serigne Abdoulaye Niass

abdoulay niasse 2eme khalife baye

Biographie Serigne Abdoulaye Niass

cheikh ahmadou dame niasse 3eme khalif baye